les photaumnales 2017

 en

LOVE ENCORE

Jean-Christophe BALLOT - Laurence RASTI - Clément HUYLENBROECK - Erika VANCOUVER - Julia FULLERTON-BATTEN - Jocelyn BAIN HOGG & Paul DAVIS

Autres photographes invités encore sous le signe de l’amour, autres « love stories » partagées avec les lieux partenaires du festival.



en
DIVINES ET DIVAS

du 8 octobre 2016 au 20 mars 2017
MUDO-MUSEE DE L'OISE
1 rue du musée à BEAUVAIS - Tél. : 03 44 10 40 50
tous les jours de 11h à 18h, sauf le mardi et jours fériés
Inauguration le samedi 8 octobre à 11h30
Fermé le 25 décembre et le 1er janvier

Commissariat de l’exposition :

Claudine Cartier, conservateur général du patrimoine,
assistée de
Sylvain Pinta,
attaché de conservation du patrimoine au MUDO-Musée de l’Oise

Affiche Divines et Divas BDL’exposition Divines et Divas explore un thème original grâce à la photographie, la peinture, la sculpture et le costume de scène.
Jean-Christophe Ballot, photographe, ancien pensionnaire de la Villa Médicis ponctue le parcours permanent du musée de ses photographies contemplatives autour des sculptures et des sites lapidaires. Il nous invite à une déambulation poétique autour de divinités statufiées par les plus grands artistes. Il en présente les détails, les reliefs, le grain et la texture pour exprimer la sensualité des corps. Ces « divines », Diane, Vénus, nymphes et Niobides se retrouvent dans l’exposition temporaire et en constituent le fil conducteur.
Au XIXème siècle, ces destins fascinent et se retrouvent à l’opéra où la Diva, cantatrice illustre, en est l’incarnation charnelle. Celle-ci est alors élevée au rang de quasi-divinité, femme fatale ou vestale éprise d’impossible, objet de tous les fantasmes à la fin du siècle. Les costumes, créés pour des prima donna célèbres, figurent et personnifient ces divinités au début du XXème siècle. Une oeuvre d’Ange Leccia consacrée à Maria Callas poursuit le mythe jusqu’à aujourd’hui. Autre grand artiste contemporain, Vik Muniz, réinterprète ces mêmes thèmes à travers les stars du cinéma.
Les peintres, George Desvallières ou Emile-René Ménard, se sont eux aussi saisis de la mythologie pour faire apparaître les divinités antiques, séductrices ou séduites, aimantes ou cruelles. Diane, les nymphes, Leda, Nausicaa, Ariane et d’autres sont représentées au XIXème et au début du XXème siècle. Salomé, héroïne fugitive du Nouveau Testament, a connu un succès prodigieux au XIXème siècle dans tous les arts, inspirant peintres, poètes et romanciers. Elle est évoquée par la tapisserie due au carton de Pierre-Amédée Marcel-Béronneau.


Jean-Christophe BALLOTen
Divines et Divas

Dans le cadre de l’exposition « Divines et Divas », Jean-Christophe Ballot élabore un parcours à travers les collections permanentes du XIXème siècle et construit une déambulation poétique. à partir de ses photographies de sculptures antiques et classiques appartenant à de grandes collections muséales, un lien se crée avec les peintures du MUDO-Musée de l’Oise pour faire apparaître la sensualité de la représentation féminine des séductrices ou l’angoisse de l’enlèvement ou de l’errance. Le temps suspendu, capté par ces photographies contemplatives, est l’élément fondamental du travail de l’artiste.
Jean-Christophe Ballot aime véritablement la statuaire et joue avec la lumière fondamentalement sculpturale pour faire valoir texture et matière ; mais il peut aussi les emballer à la manière de Christo.

Architecte D.P.L.G., diplômé de l’École nationale supérieure des arts décoratifs et de la FEMIS, Jean-Christophe Ballot partage son temps entre la photographie et les films documentaires. Il vit et travaille à Paris.

www.jcballot.com



 
10 octobre - 16 décembre 2016
MAISON DIAPHANE
16 rue de Paris à CLERMONT
Tél. : 09 83 56 34 41
sur rendez-vous, du lundi au vendredi de 10h à 17h
Vernissage le vendredi 7 octobre à 20h30

Laurence RASTIen
Il n'y a pas d'homosexuels en Iran

RASTI 01 BD

Le 24 septembre 2007 à l’Université de Columbia à New York, l’ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad dit : « En Iran, nous n’avons pas d’homosexuels comme dans votre pays ».
Alors qu’aujourd’hui certains pays occidentaux acceptent les mariages gays et lesbiens, en Iran, l’homosexualité reste toujours passible de peine de mort. Cette sanction interdit aux homosexuels de vivre pleinement leur sexualité. Leurs seules options sont de choisir la transsexualité, pratique tolérée par la loi mais considérée comme pathologique, ou la fuite. À Denizli, petite ville de Turquie, transitent des centaines de réfugiés homosexuels iraniens. Ils mettent leurs vies en pause dans l’attente de rejoindre, un jour, un pays d’accueil où ils pourront librement vivre leur sexualité.
Dans ce contexte d’incertitude où l’anonymat est la meilleure protection, ce travail questionne les notions fragiles d’identité et de genre. Il tente de redonner à ces gens un visage que leur pays a momentanément volé.

Née en 1990 à Genève, Laurence Rasti, iranienne par ses deux parents, a grandi en Suisse. Elle est diplômée de l’École cantonale d’art de Lausanne, ville où elle réside et travaille.

www.laurencerasti.ch



3 octobre - 14 novembre 2016
FACULTÉ DES ARTS
30 rue des Teinturiers à AMIENS
Tél. : 03 22 22 43 43
aux heures d'ouverture


Clément HUYLENBROECK en

Communal Dream


HUYLENBROECK 03 BDLes miss vivent le rêve abordable ; en une prestation fébrile, et quelques sourires détartrés, elles s’y voient déjà.

Devant une foule de regards excités, elles courbent leurs corps à la guise d’un chorégraphe improvisé. Elles livrent leurs cheveux, leur chair, leurs ongles, leur naïveté à un public pauvrement endimanché et imbibé de mousseux.
Leur tentative est belle ; le temps d’une pâle performance calquée sur la parade des miss nationales, elles fantasment, s’imaginent fleuron de l’élégance. C’est emportées par cette vision qu’elles se galbent encore un peu plus et font gonfler les pantalons.
Au terme de la soirée, le rêve communal se mue en un crève-cœur, une désillusion blessante ; les yeux globuleux se détournent, les bouches salivent désormais pour une autre.

En 2013, la sœur de Clément Huylenbroeck remporte le titre de Miss Soignies Haute-Senne. De cet heureux événement, naît « Communal Dream », une aigre vision des concours de beauté, ou du moins de ses plus mauvais contretypes.
Le projet a été édité aux éditions Poetry Wanted, This is not a map, 12 - Wallonia.

Clément Huylenbroeck est né en 1988 à Ottignies-Louvain-La-Neuve (Belgique). En 2010, il est diplômé de l’École supérieure des arts de l’image Le 75 à Bruxelles, ville où il vit et travaille. 

www.clementhuylenbroeck.com

 



3 novembre - 17 décembre 2016
ESPACE MATISSE
101/119 rue JB Carpeaux à CREIL - Tél. : 03 44 24 09 19
du mardi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h (17h le samedi)
Vernissage : le jeudi 24 novembre à 18h


Erika VANCOUVERen
Maison détachée

VANCOUVER 05 BD« On m’a demandé si ce visage était le mien.
J’ai dit non, c’est celui de ma soeur presque jumelle.
Enfant, je ne me regardais pas dans les miroirs.
Je m’imaginais comme elle.

En 2004, cela fait déjà quelques temps que notre complicité s’est estompée. Je débute mes études d’art plastique. Son premier fils a 18 mois, elle vient d’accoucher de ses jumeaux. On s’éloigne encore plus.
Régulièrement je vais lui rendre visite, et quand elle l’accepte, je la photographie.
De un an mon aînée, nous avons grandi côte à côte, dans la même chambre, puis à l’école dans la même classe.
À 17 ans, j’ai pris mes distances vis-à-vis d’elle et de l’autorité parentale. Sylvie est restée, enfermée dans ce cocon, à l’écart du monde, jusqu’à sa rencontre avec son « sauveur », le père de ses enfants.
2014, je me plonge dans 10 ans d’images de sa vie en parallèle. Je mets en forme mon point de vue par le travail du livre. Et, à l’atelier, je photographie de nouveau certaines de ces images, en les associant à d’autres, à mes peintures ou à des images de notre enfance.
Je me souviens. Sylvie m’a toujours fascinée, dans sa complexité et dans nos différences. Avec ce travail, je la retrouve, et je m’interroge sur ce qu’elle est devenue. Un personnage écartelé, entre ses réalités de fille, de femme, de mère et de soeur qui s’imposent parfois douloureusement, et le désir des autres qui gravite. Très loin de sa vie rêvée ».

Erika Vancouver est née à Verviers (Belgique) en 1974. En 2009, elle est diplômée d’un Master en arts plastiques de l’École de recherche graphique de Bruxelles, ville où elle vit et travaille.

http://www.contretype.org/erika_vancouver_fr.html

 

du 12 octobre au 31 décembre 2016
GALERIE DU CHEVALET
6 place Aristide Briand à NOYON - Tél. : 03 44 93 28 20
les mardi et jeudi de 14h à 18h,
les mercredi, vendredi et samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h
Vernissage : mardi 11 octobre à 18h30


Julia FULLERTON-BATTENen
Mothers and Daughters


fullerton 01 BD« Dans la série « Mothers and Daughters », j’ai dressé le portrait complexe des relations entre une mère et sa fille. C’est à la fois un travail documentaire et biographique, puisqu’il illustre mes propres liens et ceux de mes deux soeurs avec ma mère, et également les relations de cette dernière avec sa propre mère.
J’ai choisi de travailler avec de vrais couples mère-fille dans leur environnement, plutôt qu’avec des modèles ou des acteurs. Pendant que s’échafaudaient les mises en scène pour créer ensemble leur petit monde, je me remémorais mes propres expériences familiales.
Tandis que le projet prenait forme, à travers la rencontre d’une quarantaine de femmes, mères et filles, et la découverte de leurs relations toutes différentes et parfois ultra-sensibles, j’ai réalisé combien leur fragilité et leur vulnérabilité sont exacerbées dans le rapport filial. Au fil du temps, les rapports changent de manière significative. Le nourrisson dépend entièrement de la mère, mais à l’autre bout de l’échelle des âges, la mère devient souvent dépendante de sa fille. A l’âge adulte, l’intimité du lien repose sur l’amour, la lutte et la rivalité, menant à une compréhension et à une acceptation de l’un et l’autre. Le plein éventail des émotions est joué. Mes images tentent de capturer toutes ces étapes très différentes dans ces relations si particulières ».

Julia Fullerton-Batten est née à Brême (Allemagne) en 1970. Elle vit à Londres. Elle a étudié au Berkshire College of Art & Design en Angleterre. Son travail fait partie des collections permanentes de la National Portrait Gallery à Londres et du Musée de l’Élysée à Lausanne.

http://juliafullerton-batten.com
 


du 14 octobre au 14 décembre 2016
GALERIE DU COLLEGE DES FONTAINETTES
35 Rue de Gisors, 60650 Saint-Aubin-en-Bray - Tél. : 03 44 04 55 50
Aux heures d'ouverture de l'établissement
Vernissage : lundi 7 novembre à 18h


Jocelyn BAIN HOGG & Paul DAVIS
Tired of London, Tired of Life

BAINHOGGDAVISLe projet Tired of London, Tired of Life¹ (pour paraphraser Samuel Johnson), est le résultat de rencontres fortuites et régulières entre Bain Hogg et Davis dans certains « établissements » de Londres (principalement Soho), et ce pendant de nombreuses années. L’imbibation était à l’ordre du jour et ils regardaient beaucoup les photos, les dessins et les histoires que tous deux avaient réalisés et vécus.
Londres est une très grande ville dont tout le monde a entendu parler. Inutile d’essayer de l’évoquer en quelques mots, d’ailleurs ni Bain Hogg ni Davis ne se sont aventurés à le faire. L’un a photographié et l’autre dessiné. Attendant patiemment ou se laissant prendre au dépourvu. Yeux et oreilles toujours grands ouverts, sans se lasser jamais.
Londres ne manque jamais de vous écœurer, de vous réconforter, de vous déprimer, de vous dynamiser ou d’être totalement déconcertante et belle. Tout ce que Londres fait, elle le fait doucement, contrairement à Sao Paulo ou New York.

¹ Marre de Londres, marre de la vie

Photographe de pub et de mode, Jocelyn Bain Hogg travaille également sur des projets documentaires, comme les figures du crime organisé ou encore la jeunesse londonienne. Il est représenté par la galerie VII.

www.jocelynbainhogg.eu

Paul Davis est né en 1962 à Somerset au Royaume-Uni. Artiste, illustrateur, écrivain, designer et professeur, il collabore à de nombreuses revues et expositions et donne des conférences dans le monde entier.

www.copyrightdavis.com